La Barge à queue noire

Last updated on novembre 15th, 2023 at 04:05 pm


La Barge à queue noire est une espèce d’oiseau limicole de la famille des scolopacidés. C’est l’une des deux espèces de barges vivant en France. C’est un limicole d’assez grande taille sans dimorphisme sexuel bien marqué. Les femelles ont un plumage un peu plus pâle et sont un peu plus grandes.

La Barge à queue noire
Nom scientifique : Limosa limosa
Famille : Scolopacidés
Long. 40 à 44 cm, Env. 70 à 82 cm
Poids : Mâle de 160 à 440 gr
Femelle de 244 à 500 gr

Description


En plumage nuptial, le sommet du crâne et la nuque sont roussâtres, striés de brun. Le sourcil, le menton et le dessous de l’oeil sont blancs. Une raie brune parcourt la face de l’oeil jusqu’au bec. Une teinte rouille claire dorée orne les joues, la face antérieure et les cotés du cou, la poitrine et le ventre. Le plumage de la poitrine est barré horizontalement de stries foncées. Des écailles brunes ornent les flancs. Le ventre et les sous-caudales sont blancs, contrastant avec le dos et les scapulaires d’un brun-marron brillant.
Les couvertures alaires sont généralement grises, les grandes largement bordées de blanc, laissant apparaître en vol une tache claire nettement visible. Le croupion et les sus-caudales sont blanc. La queue est blanche à la base, noire dans sa partie terminale, le noir et le blanc étant nettement séparés. Le bec est très long, rose au jaunâtre à la base, corne à la pointe, se relevant très légèrement dans le dernier tiers.
En plumage hivernal, sourcils, menton, bas de la poitrine et ventre deviennent d’un blanc pur. La tête, le cou et les flancs prennent une teinte gris clair uniforme, parfois légèrement soulignée de roux. Le dessus est gris foncé. La bordure des plumes plus claire. Quelques taches discrètes continuent à marquer le dessus de la tête, les côtés du cou et les flancs. Le miroir de l’aile s’obscurcit. Seuls le croupion et la queue demeurent inchangés.

Vol

Le vol de la Barge à queue noire est puissant et direct. Le corps est tenu horizontalement pendant le vol. Les pattes dépassent de la queue en vol.

Habitat

Sans être exclusivement maritime, la barge à queue noire préfère l’eau salée aux marais d’eau douce. En période de nidification, la barge à queue noire s’installe dans les prés surtout humides. Les étendues d’eau saumâtre telles que celles de la Camargue lui conviennent très bien. Cette espèce est très sensible aux perturbations humaines et peu encline à s’y habituer.

Régime

La barge à queue noire est un prédateur d’invertébrés, en autres d’annélides. La barge avance à pas comptés et entre profondément dans l’eau. Elle peut nager si elle est contrainte et forcée. Pour fouiller la vase, son corps bascule autour de l’articulation du tarse, la queue pointant vers le ciel, tête cou et bec profondément immergés à la recherche de vers, de larves et de petits crustacés. Elle ne cherche pas uniquement sa nourriture dans l’eau mais elle la cherche également dans le sable, dans les labours, et les prairies. Elle fait la chasse aux lombrics dans ces zones aussi habilement que les bécassines.

Nidification

La barge à queue noire niche le plus souvent en colonies sur les dunes maritimes et dans les polders. Elle se bornent à creuser une dépression qu’elle garnit très sommairement de brindilles. Elle y dépose 4 œufs fauves tachetés de deux tons foncés. L’éclosion a lieu en moins de trois semaines d’incubation.
Les poussins, aux pattes démesurées, un peu chancelants au début, sont couverts d’un duvet roux sur le dos, blancs sur les parties inférieures. Pendant toute la durée de l’incubation, les mâles ne cessent de voler au dessus de la couveuse. Ils se livrent à des joutes et à des acrobaties aériennes accompagnées d’un chant assez doux et harmonieux à la façon des vanneaux. Dès qu’un visiteur, humain ou animal (à l’exception des bestiaux qui sont considérés comme des amis) s’approche de la colonie, tous les oiseaux assurent une défense collective. Celle-ci est assurée en volant autour de l’intrus et en faisant entendre un concert de cris aussi variés que discordants.
La Barge à queue noire produit une seule couvée par saison. Une couvée de remplacement peut être pondue si la première vient à être détruite.

Migration

Cette espèce effectue des migrations à grande distance. La Barge se montre très fidèle à ses sites de reproduction. Elle cherchera à regagner ceux-ci chaque année. Les oiseaux quittent la Finlande entre début juin et octobre, pour revenir en avril–mai, après avoir hiverné autour de la Méditerranée ou en Afrique.

Protection

La Barge à queue noire est considérée actuellement comme presque menacée. Cette espèce n’est plus chassable depuis 2008 en France.
Une étude expérimentale contrôlée faite dans une ZPS (zone de protection spéciale de Tipperne) a montré que cette espèce est « très sensible aux perturbations humaines et peu encline à s’y habituer »

Chant

La barge à queue noire est assez bruyante et démonstrative pendant la période de reproduction. Le mâle monte dans les airs en émettant des sons nasillards « wicka-wicka-wicka », ainsi qu’un « wee-eeh » rauque et un « kititititititiw » aigu et lent. Le reste de l’année, la barge demeure à peu près muette. Elle se borne à émettre des grognements qui rappellent ceux de la bécasse avec des intonations diverses, suivant qu’elle veut exprimer une interrogation, une crainte ou une satisfaction.

Autres Liens

  • Vous pouvez voir l’article de mon site sur “Les oiseaux de Camargue” pour plus d’information sur la Camargue et les Oiseaux

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *